September 1, 2022

La pauvreté –  dans la littérature française

LOKOGANDHAR ISSN : 2582-2705
Indigenous Art & Culture

Jayita Basak, SACT II, Department of French, Chandernagore College, Chandernagore, E-mail: basakjayita18@gmail.com

Abstract : La littérature est un ensemble des œuvres écrites auxquelles on reconnait une finalité esthétique. L’auteur décrit la société contemporaine dans ses œuvres tantôt il exprime ses sentiments ou décrit les anecdotes ou tantôt critique les problèmes sociaux. Au  19eme siècle, on trouve une nouvelle doctrine qui oppose le Romantisme, le Réalisme. L’art du réalisme doit être impersonnel, soumis au real. Pendant cette période, les réalistes nous présentent les anecdotes de la société contemporaine avec leur excellence. Flaubert, Daudet, George Sand, Maupassant, Balzac, Zola, Stendhal – ce sont les principaux de cette période. Mais les écrivains  nous  décrivent  la réalité dure de la société – la pauvreté, la mort, la lutte de la vie etc.

Premièrement, Je vais parler une des œuvres de Maupassant. On trouve la pauvreté dans beaucoup de  ses œuvres. Dans L’Aveugle, Maupassant parle d’un aveugle qui reste avec sa sœur et son beau-frère après la mort de ses parents où il est maltraité par eux. Un jour d’hiver, on l’envoie pour mendier plus loin chez lui, mais on ne le retourne pas. Enfin il est mort et il est couvert en neige. Maupassant y indique la cruauté de la société et la fin triste d’un pauvre garçon.

Keywords : pauvreté, réalisme, contexte social contemporain

La littérature est un miroir de la société contemporaine et du siècle. La littérature est un ensemble des œuvres écrites auxquelles on reconnait une finalité esthétique.₁ L’auteur décrit la société contemporaine dans ses œuvres tantôt il exprime ses sentiments ou décrit les anecdotes ou tantôt critique les problèmes sociaux. Louis Vicomte de Bonald a dit « La littérature est l’expression de la société, comme la parole est l’expression de l’homme. ₂ La littérature est non seulement  un miroir de la société, elle est aussi un art ce que le créateur écrit dans la page en forme différente. Si on peut connaitre la civilisation, à la fois la culture, les mœurs, le temps, on doit lire la littérature.

La littérature est un vaste recueil de récits de vie provenant des différentes régions du monde, et donc de différentes cultures. Cela donne une idée de la façon dont les gens des quatre coins du monde pensent et voient la vie. A travers la littérature s’ouvre les portes d’un niveau plus profond de pensée et de compréhension de toutes les choses vues, entendue s et ressenties dans nos expériences quotidiennes de la vie. Cela vous donne l’avantage de communiquer et de participer facilement et artistiquement a la société. Albert Einstein lui-même déclare : « La logique vous mènera de A à B. L’imagination vous mènera partout. »₃

Au 17eme siècle, les écrivains sont influences par la gloire royale – ils écrivent pour les rois. Corneille, Racine sont  les meilleurs exemples. Molière satire la société contemporaine dans ses œuvres. Alors le 18eme sicle est le siècle de lumière et des philosophes. Cet époque est critiquée les problèmes – Montesquieu attaque l’église, le gouvernement. Voltaire critique la religion chrétienne. Rousseau analyse les systèmes sociaux et politiques et  il critique aussi l’inégalité dans la société. Selon Jean Paul Sartre, « Le monde peut fort bien se passer de la littérature. Mais il peut se passer de l’homme encore mieux » ( Situations II, Gallimard).4

La littérature française est apparue progressivement, à partir du Moyen âge. Issue de la langue romane, la langue française s’est constamment enrichie pour devenir ce qu’on lui connait aujourd’hui. Apres la révolution, on voit un changement partout. En France, on trouve nouvelle pensée, nouvelle mentalité, nouveau style. On réclame bien une sorte de clergé directeur, une nouvelle  morale, ce sera un clergé de savants et d’industriels qui étudieront les conditions positives du bonheur de l’homme.

La doctrine d’A. Comte exige, avant tout une étude positive de l’histoire qui nous révèle les lois ‘’ sociologique’’ de l’humanité. Proudhon  prétend fonder la ‘’science économique’’. Ainsi se mêlant dans leurs doctrines le gout des systèmes rationnels ne au 17eme siècle, l’humanisme ne à la fin du 18eme siècle, la sensibilité romantique et le culte de la science positive qui annonce un esprit nouveau.

 Le 19eme siècle est important par le nombre de chefs-d’œuvre que la littérature française a engendrés, cette période littéraire, proche de nous, reste encore difficile à appréhender. Pour de nombreux historiens de la littérature, le 19eme siècle littéraire français demeure celui de romantisme, d’abord avec Chateaubriand, puis Victor Hugo, du Réalisme avec Stendhal, Balzac, G. Flaubert et du Naturalisme avec Zola.

Certains mettent l’accent sur l’élan de la liberté qu’a suscité la Révolution Française, élan de la liberté suivie dans désordres, d’une confusion entrainée par instabilité, l’incertitude politique qui emmène de la première moitié du siècle. Dans cette optique, on voit  l’écrivain avec ses idéaux, manifestant son opposition à l’ordre politique et sociale. Pour d’autres la place de la Révolution française et des troubles politiques qui s’ensuivront n’explique pas ou pas entièrement l’efflorescence du romantisme, prenant pour preuve la naissance antérieure des romantismes anglais et allemand dans des pays qui ne furent pas secoués par la moindre Révolution. Ils insistent plutôt sur l’influence qu’ont exercée l’étude et la lecture des littératures anglaise et allemande par les hommes de lettres français car tous ces grands auteurs ont réussi en partie grâce à Balzac à la séparation du Romantisme et du Réalisme. L’art du réalisme doit être impersonnel, soumis au real. Pendant cette période, les réalistes nous présentent les anecdotes de la société contemporaine avec leur excellence. Mais les écrivains  nous  décrivent  la réalité dure de la société – la pauvreté, la mort, la lutte de la vie etc.

Premièrement, je vais parler une des œuvres de Maupassant, un conteur célèbre de ce temps. On trouve la pauvreté dans beaucoup de  ses œuvres. Dans « L’Aveugle », Maupassant parle d’un aveugle qui reste avec sa sœur et son beau-frère après la mort de ses parents ou il est maltraite par eux. On ne le donne pas la nourriture proprement, ce qu’il mange sont sales, peu hygiénique. Un jour d’hiver, on l’envoie pour demander l’argent plus loin chez lui, mais on ne le retourne pas. Enfin il mort et il est couvert en neige. Maupassant y dit la misère d’un aveugle qui n’a pas plus d’argent, pour cela on le traite comme une bête. Il y indique la cruauté de la société et la fin triste d’un pauvre garçon. « Il était arme d’un œil qui cueillait les images, les attitudes et les gestes avec la précision d’un appareil photographique. » ( Contes Choisis, 1939,p12)

Dans « Boule de Suif »,  Maupassant décrit une situation différente. Ici une fille de joie sauve les gens des soldats étrangers et elle passe une nuit avec des soldats. Mais quand les gens sont libres des soldats, ils la maltraitent et la maudissent. Ici on trouve la pauvreté de la mentalité. Cette fille de joie qui n’a pas une position dure dans la société, mais pense pour les autres, donc on ne comprend pas sa sacrifice, sa douleur.

Autre cote, «  Le Parure » est autre exemple de Maupassant. Ici, un couple pauvre amène un collier précieux de leur voisine. Malheureusement elle le perde. Apres ca ce couple passe leur vie a cueillir d’argent pour acheter ce collier. Ils passent beaucoup d’années et deviennent vieux. Un jour ils achètent un nouveau collier et retournent à sa voisine. Sa voisine devient surprise à le regarder. Et elle lui dit que le collier-perdu n’était pas réel. En écoutant ce pauvre couple sont choques parce que ils perdent sa vie, sa joie de la vie pour ce collier. ‘’Et cette vie dura dix ans. Au bout de dix ans, ils avaient tout restitue, tout avec le taux de l’usure, et l’accumulation des intérêts superposes. Mme Loisel semblait vieille, maintenant. Elle était devenue la femme forte et dure et rude, des ménages pauvres. Mal peignée, avec les jupes de travers et les mains rouges, elle parlait haut, avait a grande eau des planchers.’’( Contes Choisis, 1939,p12)  Ainsi Maupassant y indique la pauvreté avec une façon différente.

D’autre cote, Emile Zola , un écrivain naturaliste, crée son chef-d’œuvre , « Germinal » ou il décrit la vie des mineurs en 1885. Apres la Révolution industrielle, on voit un changement partout. L’industrie développe petit à petit. On découvert les machines différentes ce qui produisent plus en travaillant moins. Mais on trouve une contradiction dans l’industrie du charbon. Zola observe minutieusement cette industrie et crée une œuvre sur les mines et la vie des mineurs et leurs problèmes. Il décrit leur vie, leur maladie, leur pauvreté quotidienne. Zola crée les personnages qui révoltent contre leur condition, leur malheur, leur pauvreté. Et ils font une grève forte, mais malheureusement ils n’ont pas de succès. Donc la pauvreté leur insiste a révolter. Ici on trouve une germination des peuples, des nouvelles pensées. Ici Zola  crée Etienne Lantier qui est influence par les doctrines de Proudhon et de Karls Marx. Et il lutte pour l’émancipation de la classe ouvrière. « Maintenant Etienne dominait le pays entier. Les ténèbres demeuraient profondes, mais la main du vieillard les avait comme emplies de grandes misères (…). » Zola décrit avec précision les conditions de vie insupportable des mineurs. Au fil des pages, le lecteur découvre le travail harassant, dangereux et sous-paye, l’exploitation des enfants, la malnutrition, les maladies invalidantes. Dans les corons, la promiscuité et la misère engendrent violence, prostitution et ivrognerie. Il nous indique non seulement une grève ouvrière mais aussi critique la société contemporaine – la situation de la classe pauvre, leur souffrance, leur douleur. Zola décrit aussi la pauvreté des ouvriers et une révolte contre la richesse, les patrons. C’est-à dire la pauvreté des ouvriers lui touche beaucoup.

« Les Misérables » de Victor Hugo, un roman social est plein de tendresse et de pitié pour les malheureux. Hugo y décrit la rédemption morale d’un forçat, Jean Val jean qui traque par la police ne se livre que pour éviter de perdre un innocent. Ici, il nous donne des descriptions de Paris  moderne.

Alors on peut trouver autre romancier contemporain, Balzac. Il est romancier réaliste. Il créée ses romans ce qui sont l’image de la société française de son époque. Il peint ses personnages de différentes classes sociales. Il décrit l’évolution des fortunes, le changement des mœurs, le développement des ambitions et l’amour de l’argent. Dans «  le Cousin Pons », il crée Sylvain Pons, un compositeur de musique célèbre, mais quand il devient tout le monde l’oubli. A ce temps, il passe sa vie comme un chef d’orchestre d’un petit théâtre. Les cousins de Pons sont restes à la haute société. Parfois ils l’invitent à leur table pour l’humilier. Pons reste au coin de la salle et prend la nourriture ce qui l’on quitte. Ses cousins le maltraitent. Soudain ses cousins découvertes que Pons a assez de biens et ils changent leurs attitudes. Ainsi Balzac attaque la société et indique comment l’argent fait un rôle dans la vie. Ici on trouve, le manque d’argent ou la pauvreté fait une différence entre deux classes de la société.

Dans « Le Père Goriot », Balzac décrit les maux effets de l’argent dans la vie. Il nous présente une image de la société, comment on maltraite un pauvre vieux. Comme dans toutes les autres œuvres de Balzac, l’argent est le moteur principal de la société, dans la mesure où il déchaîne les ambitions. « Vous ne mentirez pas, dites-leur des millions et, quand même elles viendraient par avarice, j’aime mieux être trompe, je les verrai. Je veux mes fille» (100 œuvres-clés de littérature française, 2013, p-139).5

Ainsi, on trouve la pauvreté dans la littérature française. Les évènements politiques, la Révolution industrielle et la Colonisation – font un grand rôle dans la société contemporaine. Sous l’influence de ces divers facteurs, le 19eme siècle a vu la société et le mode de vie se transformer d’une façon prodigieuse et pareillement la littérature et les arts. A cause du développement, on trouve la différence sociale, économique. Et cette différence touche les écrivains contemporains et ils créent quelques chefs d’œuvre de cette époque parfois en critiquant parfois en analysant la situation contemporaines.

Note :

1. www.larousse.fr/dictionnaires/francais( 03.03.2022)

2. www.larousse.fr/dictionnaires/francais( 03.03.2022)

3. https://datesdessoldes.fr/blog-l-importance-de-la-littérature ( 01.04.2022)

4. www.larousse.fr/dictionnaires/francais( 03.03.2022)

5. Duchatel, Eric & Denis Huisman, (2013) 100 œuvres-clés de littérature française. Nathan

Bibliographie

1. Duchatel, Eric & Denis Huisman, (2013) 100 œuvres-clés de littérature française. Nathan

2. Maupassant, Guy de, ( 1974) Contes et Nouvelles II. Librairie Larousse

3. Maupassant, Guy de, (1939) Contes Choisis. J.M.Dent  and  Sons Ltd.

4. Zola, Emile,(1955) Germinal. Editions J’ai lu

Sitographie :

1. www.larousse.fr/dictionnaires/francais( 03.03.2022)

2. https://datesdessoldes.fr/blog-l-importance-de-la-littérature ( 01.04.2022)